lundi 30 juin 2008

Rassemblement européen anti-nucléaire le 12 juillet à Paris

Samedi 12 juillet à 14 h : Tous à Paris à la place de la République :

Rassemblement européen - Après les mobilisations contre le réacteur EPR en 2006 (30 000 manifestants à Cherbourg) et en 2007 (60 000 manifestants dans cinq villes de France), cette manifestation sera fondamentale.

En effet, le 1er juillet 2008, le gouvernement français présidera pour 6 mois l’Union européenne. L’énergie et le nucléaire sont deux enjeux majeurs de cette présidence. Le lendemain du rassemblement, soit les 13 et 14 juillet, N. Sarkozy recevra à Paris des dizaines de chefs d’Etat de l’Union européenne et du pourtour méditerranéen (dont le dictateur libyen M. Kadhafi).
Sarkozy entend continuer à promouvoir le nucléaire, en le présentant comme une solution au changement climatique . Le nucléaire n’est ni propre, ni renouvelable !

Le nucléaire constitue un risque grave et avéré pour les générations présentes et futures. Ne laissons pas construire de nouveaux réacteurs ou sites nucléaires en France ou ailleurs dans le monde (EPR, Bure, ITER…).
Comme 90% des Européens, exigeons des investissements massifs dans les économies d’énergie et le développement des énergies renouvelables, seules solutions pour préserver efficacement le climat. Face au changement climatique, le nucléaire n’est qu’une dangereuse illusion.

Le blocage par Greenpeace du chantier EPR continue

Greenpeace continue d’exiger qu’EDF et Bouygues cessent toute activité de construction de l’EPR à Flamanville. « Le bluff continue. Ces deux entreprises font preuve d’irresponsabilité en s’entêtant à construire coûte que coûte, dans des délais irréalistes, une énorme machine complètement inutile et extrêmement coûteuse. »

L’efficacité énergétique reste malheureusement le parent pauvre de la politique gouvernementale, comme le montre par exemple le refus du gouvernement d’interdire les ampoules à incandescence alors qu’il s’agissait d’une mesure phare du Grenelle de l’environnement. Demandons au gouvernement français de prendre des engagements forts sur ce sujet majeur à l’occasion de la présidence Française de l’Union européenne.

Nous démocrates, sommes solidaires des peuples européens, défenseur d'une Europe solidaire, citoyenne et non technocratique ; engagés résolument dans le développement durable .

Tous en Orange le 12 juillet à 14h !

mardi 24 juin 2008

Dernière minute, la contribution n'est pas acceptée !

Selon l'AFP le MoDem, son Comité de Conciliation et de Contrôle n'aurait pas retenu notre contribution au motif qu'elle ne comporte pas les signatures des personnes qui l'ont parrainée...

Eric Julliard a déclaré en réaction : "C'est désolant. La démocratie interne au sein du Mouvement Démocrate est largement perfectible".

Rien est tranché définitivement, une négotiation doit s'engager .

jeudi 19 juin 2008

Adhérents militants du Modem du 13 et d'ailleurs

Soutenons le texte : Construire un Mouvement cohérent

Texte d'orientation concernant le cap, les règles et le destin du Mouvement Démocrate présenté au suffrage des adhérents par Eric JULLIARD
Ce texte révolutionnaire marque pour moi un tournant majeur, en phase avec les exigences redoutables de la période actuelle .
Ce texte mérite notre soutien total, à chacun bien sur de se déterminer . Pourquoi ?

Tout en s'inscrivant dans une impulsion donnée par F. Bayrou lui-meme, et donc en total synergie, il marque une rupture dans la forme et le contenu . En effet l'initiative est prise par les adhérents conformément au souhait de notre Président , et elle propose de porter un projet de l'envergure d'un nouveau modèle de civilisation . Elle place délibérément la réponse, notre réponse politique en dialogue permanent avec une crise et des défis mondiaux accélérés .
J'invite chacun à en faire une lecture attentive , présenté ci-dessous .


Construire un Mouvement cohérent

La tâche de construction d'un projet de société digne des enjeux de notre siècle est immense. C'est à cette tâche que nous avons décidé de nous atteler, ensemble, en rejoignant le Mouvement Démocrate.

Le projet que nous voulons pour nous, nos enfants et les générations à venir, doit être apte à répondre aux défis de notre temps, défis qui ont été parfaitement exposés en leur temps par François Bayrou dans son projet présidentiel.

Ce projet, reposant sur l'affirmation des valeurs fondamentales de la démocratie et de la citoyenneté, entend mettre l'Humain au centre de toute chose. Ce projet doit aussi permettre de s'assurer de son avenir par une gestion respectueuse et responsable des ressources de la planète qui l'héberge.

Cependant, les errements récents de l'économie mondiale, le renchérissement du prix de l'énergie ou la récente crise alimentaire mondiale exigent une révision du projet initial, en même temps que l'accélération du rythme général des événements qui affectent notre monde exige une réactivité renforcée.

Dans ce contexte, l'exigence de cohérence de notre mouvement est une exigence absolue : elle constitue l'indispensable pré-requis à partir duquel le projet de société que nous voulons construire pourra s'élaborer.

Mais encore faut-il s'entendre sur ce que "cohérence" veut dire. Cette cohérence passe d'abord par le partage du socle de valeurs sur lesquelles nous nous sommes rassemblés et sur la base duquel nous avons décidé de bâtir notre projet.

Ces valeurs, d'essence profondément humaine, se nomment d'abord ouverture, respect, tolérance et équilibre. Leur mise en oeuvre doit permettre à chacun de trouver sa place dans une société et un monde plus harmonieux.

La cohérence passe ensuite par l'adéquation des démarches, méthodes et outils que nous mettons en place à l'égard des exigences du projet que nous entendons construire, promouvoir
et décliner dans le réel. Ainsi, toutes les fonctions de support à l'activité du Mouvement doivent offrir un maximum d'efficience, et non constituer comme cela a déjà été le cas un obstacle à la construction de notre projet.

Le respect en notre sein des principes et valeurs que nous entendons promouvoir constitue une condition absolue de crédibilité de notre démarche. En cela, il se présente lui aussi comme un critère essentiel de cohérence.
La cohérence passe enfin par la capacité à susciter et encourager des contributions positives de la part des adhérents. C'est par l'encouragement des initiatives - et non par leur ignorance - et la mise en commun des intelligences - et non par leur assujettissement - que nous parviendrons à construire vite et bien un projet raisonné et acceptable aux yeux du plus grand nombre.

Les obstacles sont nombreux sur notre route, et les événements qui ont amené le Président du Mouvement Démocrate à décider de procéder à cette consultation ne sont assurément ni les premiers ni les derniers de l'histoire de la politique française. Notre démocratie est en crise profonde et durable : l'équilibre des pouvoirs, le pluralisme et la liberté d'expression sont menacées.

Les "manoeuvres", ainsi qu'il les a qualifiées, sont une contrepartie classique – et même banale - de toute activité politique. Nous ne saurions donc ni nous en émouvoir, ni nous en agacer, ni nous en désoler.
Au contraire, et puisque nous avons décidé de "faire de la politique autrement", nous avons à nous interroger collectivement sur une autre approche du combat politique,fondé non sur l'affrontement avec d'autres partis politiques ou courants de pensée, mais sur la conquête raisonnée d'un citoyen qui, convenablement éveillé, saura montrer le discernement nécessaire.

Il s'agit donc de nous engager dans une démarche positive d'élévation de la conscience du citoyen, et non dans une logique d'affrontement stérile avec des adversaires qui, prisonniers des stéréotypes de l'action politique traditionnelle, ne sont que des facteurs de ralentissement et de désordre et non des facteurs de progrès de la philosophie politique.

Dans ces conditions, les questions de notre positionnement sur l'échiquier politique et de notre indépendance perdent en intérêt comme en pertinence :
Nous ne saurions définir notre démarche en référence à des notions de droite et de gauche qui, pour pertinentes qu'elles aient été par le passé, ont aujourd'hui largement

vécu et qui, aux yeux d'un nombre croissant de nos concitoyens, n'ont jamais rien évoqué de concret. Nous ne sommes ni à droite, ni à gauche, ni au centre. Nous sommes ailleurs et autrement.

Nous sommes démocrates. Nous sommes dans un modèle que nous inventons en avançant et dont nous dessinons les contours au fur et à mesure que nous le construisons.

Notre projet est un projet de société, et même, osons le dire, un projet de civilisation rendu nécessaire par l'urgence de la situation planétaire. Au regard de cette ambition,

chercher à positionner notre projet sur un échiquier politique national périmé apparaît
totalement désuet. Quant à savoir si le Mouvement Démocrate doit être ou pas "indépendant", et si cette indépendance doit être un préalable ou une exigence pour lesquels il faudrait combattre, cette question ne se pose pas, car notre indépendance est simplement une évidence.

En effet, de qui ou de quoi devrions-nous ou pourrions-nous être dépendants – ou indépendants – dès lors que nous portons un projet qui ne s'inscrit dans aucune des traditions politiques classiques ?
Nous sommes des êtres humains libres, qui avons librement décidé de nous unir pour construire quelque chose qui est autre chose : une alternative humaine à une société qui l'est de moins en moins.
Là est notre engagement, et cet engagement ne saurait souffrir un quelconque abandon envers quelque maître que ce soit.
Si vous souhaitez obtenir le formulaire de soutien, veuillez me contacter par mail . patrice.albert1@gmail.com

lundi 16 juin 2008

L'eau pour Barcelone , nouvelles infos ...

Voilà ce à quoi Les Eaux de Marseille prétendent porter secours !

Ce week-end s'est ouverte l'exposition internationale sur le développement durable à Saragosse, avec pour thème essentiel la question de l'eau...
l'Espagne est un pays qui gaspille beaucoup d'eau… Nous en avons dèjà parlé dans ce blog

Pourquoi ce manque de sobriété ? Parce que l'eau est très subventionnée en Espagne, plus que dans tout pays d'Europe : on est autour de 0.70 euro par m3 pour le prix moyen payé par les entreprises (en France, en Allemagne, au Royaume Uni c'est le double).

Voilà pourquoi il y a une gestion de l'eau désastreuse en Espagne, et à Barcelone en particulier
Conséquence : non seulement on ne fait aucun effort en matière de consommation, mais aucun effort non plus en matière de production. Voilà ce à quoi Marseille vient prêter renfort ... On a failli verser des larmes de crocodile .

Saragosse accuse Valence et Barcelone d'avoir urbanisé sauvagement la cote espagnole sans tenir compte des besoins en eau. La faute au tourisme ! L'agriculture espagnole est aussi montrée du doigt, qui consomme, d'après le journal Les Echos, 80% de l'eau du pays et ne participe qu'à hauteur de 4% du PIB.

lundi 9 juin 2008

Urbanisme et développement durable, nous sommes tous concernés

La Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole, la Commune de MARSEILLE lancent un AVIS D'ENQUETE PUBLIQUE , suite à la modification du PLU .

Elle aura lieu du lundi 2 juin au mercredi 2 juillet 2008. au siège de la Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole . Le Pharo, 58 bd Charles Livon, 13007 MARSEILLE .

Le plan Local d'Urbanisme, PLU est le document majeur d'urbanisme pour la fabrique de la ville et la possibilité pour les politiques d'affirmer,à l'occasion de son élaboration , une volonté politique, comme celle de faire du développement durable une priorité par exemple . C'est la possibilité aussi pour chaque citoyen de prendre connaissance du dossier et de faire des remarques, si il le souhaite, auprès du Commissaire enquêteur. La très discrète information faite à son sujet , augure mal de la volonté réelle d'associer les citoyens à la politique d'urbanisme qui conditionne pourtant, la qualité de notre vie au quotidien. Cependant des remarques étayées et argumentées, ainsi que leur récurrence peuvent influer malgré tout, ne nous en privons pas..

Soyons clair la concertation n'est pas dans la tradition locale ; voilà ce que les professionnels du secteur ( architectes, urbanistes etc. ... ) ont répété à l'occasion de leur colloque qui, s'est tenu aujourd'hui 5 juin 2008, aux Archives Départementales de Marseille ; Le Forum de l'Urbain, qui a fait état d'un grand retard de notre région pour un développement durable de nos villes .

Très peu d'initiatives - en dehors d'Euro-Med - sont prises par les pouvoirs publics et les politiques qui ont un rôle clef en la matière. Peu d'opération ZAC ( Zone d'Aménagement Concerté ), par contre, beaucoup d'opérations en diffus ( 75 % ) ; contrairement à ce qui se passe dans d'autres régions comme rhone-alpes. On croit gagner du temps en faisant les procédures en catimini et sans réelle information . La procédure ZAC n'implique pas non plus toujours une concertation avec la population , mais elle la facilite . Au bout du compte ce sont de nombreux contentieux qui sont ainsi générés en voulant aller au plus vite, et des opérations retardées de plusieurs années . Une vraie frustration de la population dans tous les cas et une démocratie écornée ...

Pas de développement durable urbain, sans une participation active des populations.

Et une opération d'éco-quartier, comme à Sainte-Marthe, n'est pas un signal suffisamment fort qui permettrait de croire que nous nous sommes convertis aux exigences du développement durable à l'échelle de la ville ; le marketing politique est aussi une spécialité locale ...

A l'heure où les prix de l'énergie explosent - durablement - c'est un dirigeant de Total qui nous le dit et on peut le croire... Le développement durable n'est plus une option parmi d'autres, mais une nécessité : De plus en plus de ménages consacrent plus d'argent à leurs déplacements travail/domicile qu'à leur alimentation ! ( Le PLU permet par exemple de rapprocher habitat et travail et de faciliter ou non le développement des transports collectifs.. )

Mais que font ou que disent nos élus Modem ? Joker pour moi, je n'arrive pas à les joindre ..