jeudi 18 septembre 2008

Tensions à Marseille ...

Aujourd'hui deux listes en présence sollicitent les suffrages des adhérents aux élections internes du 27 septembre dans les Bouches du Rhone : Cette pluralité est le propre de la démocratie et nous honore, soyons en fière et digne .

Le déroulement actuel de la campagne provoque inévitablement des tensions, et des passions pour certains c'est normal , mais qui ne doivent en aucune manière bafouer nos valeurs, et la dignité doit être de mise .Je ne suis pas sur que la réunion du 15 à Marseille à l'initiative de la liste conduite par Jean Luc Bennahmias et François Xavier de Peretti, ait bien respecté ces exigences démocratiques .

Après des interventions intéressantes sur des questions politiques d'ordre générales et internationales, européennes en particuliers d'un bon niveau mais sans relief ; cela n'a été que dénigrement systématique et diabolisation de la liste "adverse", constituée - disent-ils - d'incapables, de gens dangereux ou au mieux manipulés à l'insu de leur plein gré . Des aigris qui ne sont là que pour exister, dans un rassemblement de circonstances, one shot, pour avoir des postes, et qui ont des problèmes psychologiques ... ( et j'en oublie )

Cela ne grandira pas ceux qui ont porté ces attaques, et comme dit un dicton émanant de la sagesse populaire : « comme on est, on croit les autres ».

dimanche 7 septembre 2008

Décision contestable de la Commission européenne

Nous sommes pro-européens, mais nous savons denoncer les mauvaises décisions qui deservent notre idéal .

Plus de pesticides avec la commission ...

Pour les ONG environnementales, le relèvement des Limites maximales de résidus (LMR) représente un risque pour les consommateurs En procédant à l’harmonisation au sein de l’Union des limites maximales de résidus de pesticides dans l’alimentation, Bruxelles provoque la levée de boucliers des associations environnementales européennes.
Celles-ci déplorent le relèvement important des seuils légaux de pesticides contenus dans les pommes les raisins ou les tomates, et mettent en garde contre un risque sanitaire pour les consommateurs.

Depuis le 1er septembre, de nouvelles normes européennes en matière de pesticides dans les aliments sont entrées en vigueur. Les Limites maximales de résidus (LMR), qui définissent les seuils de pesticides tolérés dans les produits agricoles et alimentaires – elles diffèrent d'un État membre à l’autre -, ont été harmonisées par la Commission européenne.
Objectif affiché par Bruxelles : améliorer la sécurité alimentaire en réduisant les écarts entre les pays les plus stricts et les plus laxistes en matière de résidus phytosanitaires. Mais aussi :faciliter les échanges et les importations de produits alimentaires en Europe. « Les denrées alimentaires produites ou importées dans un État membre doivent être sûres pour les consommateurs dans l’ensemble des États membres », rappelle Androulla Vassiliou, commissaire chargée de la santé.

Pesticides dans les tomates : la limite maximale multipliée par dix La fixation des nouvelles LMR, qui concernent 1100 pesticides, va en
fait prendre beaucoup de temps. Les seuils entrés en vigueur au début du mois sont donc temporaires.

Ils ont cependant été accueillis très froidement par les ONG environnementales européennes, dont Greenpeace,selon lesquelles le relèvement de certains seuils de LMR « pourrait désormais poser des risques pour la santé des enfants. » Et de citer notamment les nouvelles limites légales de pesticides résiduels dans les pommes (multiplication par 5 de la limite maximale ), les raisins(fois 5) ou les tomates (fois 10).

mercredi 3 septembre 2008

Rentrée offensive pour François Bayrou

François Bayrou s’est exprimé sur la mise en place du fichier Edvige, un fichier informatique centralisé à la disposition du gouvernement qui doit recenser les personnes portant ou susceptibles de porter atteinte à la sécurité publique (mêmes mineures) mais aussi, tous les élus français ou ceux qui se sont présentés à des élections, les responsables syndicaux, religieux, économiques. Les informations qui doivent être saisies sont des plus sensibles : données privées, situation patrimoniale et fiscale, santé, vie sexuelle …

« Quel est le modèle de société, quel est ce régime dans lequel on nous amène sans qu’on le dise, sans qu’on en parle ? ».

François Bayrou a déposé un recours en Conseil d'Etat. Il appelle les élus français à participer à un "mouvement de refus républicain, chaque ancien candidat aux municipales peut aussi envoyer au Conseil d'état une "intervention" visant à soutenir le recours de François Bayrou

Chaque citoyen peut également manifester sa désapprobation en signant la pétition nationale .

Concernant le RSA : Le revenu de solidarité active, qui coûtera 1,5 milliard d’euros en année pleine, sera financé par une taxe de 1,1 % sur les revenus du patrimoine. .

Cette contribution sera payée par en fait par la classe moyenne, dont tous les détenteurs d’une assurance-vie. Comme le bouclier fiscal met à l’abri les contribuables les plus fortunés, François Bayrou, n’a pas manqué de le souligner : «Les familles les plus riches du pays ne seront pas assujetties à ce geste de solidarité.»

Oui, nous sommes bien à l'offensive et c'est tant mieux !