jeudi 24 décembre 2009

Copenhague et Collectifs UC osons un bilan mesuré

Il me paraissait vain de miser autant sur Copenhague ou sur d'autres accords
internationaux de même nature, comme on a pu le faire.

Mais de là à ne leur donner plus aucun crédit ..
c'est passer d'un extreme à l'autre, et faire de peu de cas de ce
qu'on prêchait, il y a encore peu !

Voilà le nouveau discours dominant que tentent de nous imposer.
les anciens activistes et autres promoteurs de "Flash-Mobs" ,
baignant dans un nihilisme préoccupant ou désappointement profond.

Initiatives individuelles et relocalisations sont devenus les seules viatiques de nos
anciens animateurs des Collectifs, jamais populaires comme nous aurions pu les rendre .

Certes cette dimension de l'action est importante,
mais elle ne doit pas nous faire perdre une vue  globalisante et planétaire.
Hier l'action locale de terrain a été dénigrée ou marginalisée, aujourd'hui
elle serait la seule action possible ou efficiente ... que d'inconstance .

Copenhague des acquis importants malgré tout :

Copenhague a permis de faire progresser la conscience environnementale à
l'échelle planétaire, la mobilisation de tous les citoyens ou du plus grand
nombre, demeure plus que jamais nécessaire. Pour agir sur un plan local, et
pour préparer de futurs accords enfin contraignants,
grâce et avec la pression populaire.

Autres conclusions, les conceptions de l'action, par des minorités agissantes
comme le conçoit greenpeace, a fait la preuve de son échec ou de ses limites,
pour la période actuelle et sur de tels enjeux .

Enfin nous avons eu tort aussi de ne pas suffisamment souligner la
responsabilité de la Chine à coté de celles des autres
grands pays industrialisés .

IL FAUT DONC DEVELOPPER LES COLLECTIFS URGENCES CLIMATIQUES, mais sur
d'autres bases.

Aucun commentaire: