mardi 7 juin 2011

Portugal : une nouvelle raclée pour la gauche, quelles leçons pour la France ?






Pedro Passos Coelho, le chef du PSD (European People's Party, Flickr - cc)



Les partis de droite ont nettement remporté les élections législatives, prenant la tête du pays pour la première fois depuis la chute de Salazar.

Cette nouvelle défaite de la gauche devrait interpeler les dirigeants socialistes européens dont la crédibilité ne cesse de s'affaiblir depuis la crise de 2008.


Et si les electeurs préféraient l'originale (de droite) à la copie libérale et ampoulée de gauche ? Aujourd'hui
les masques tombent et les leaders des partis socialistes européens apparaissent avant tout comme les toutous
de la fameuse « Troïka » FMI-BCE-Union européenne ; ils ne sont plus une véritable alternative politique.

Cette évolution devrait nourrir nos réflexions pour les prochaines échéances électorales françaises.

A l'heure de la déconfiture de DSK, ses frasques n'étant que l’écume nauséeuse d'une déliquescence
politique d'une pseudo-gauche, et au contraire de la vitalité montante des "indignés" en Europe du sud,
est -il toujours raisonnable de nous accrocher - les écologistes - au char brinquebalant de la gauche conventionnelle ?

La question mérite d’être posée et la stratégie des alliances revue, éventuellement ...
Apres les séismes terrestres, allons nous assister à des "séismes" politiques ?

Déjà une première secousse : presque 80% des français veulent à présent sortir du nucléaire !

Patrice ALBERT



(Marianne | Mardi 7 Juin 2011)

Aucun commentaire: