jeudi 24 mars 2016

53 communes refusent les compteurs communicants Linky, Gazpar et cie...


Recensées sur le site web http://refus.linky.gazpar.free.fr, qui informe et aide les élus pour se positionner, 53 communes françaises refusent déjà les compteurs communicants Linky, Gazpar et cie..

Les promoteurs de ces compteurs nuisibles tentent de minimiser ce chiffre en le comparant au total de 36 000 communes en France mais, en réalité, il s'agit d'un phénomène très important dans la mesure où ErDF n'a commencé que depuis quelques semaines les installations de compteurs communicants Linky, suscitant la réaction des citoyens et de leurs élus.

Ce chiffre évolue désormais continuellement malgré les pressions antidémocratiques exercées sur les élus par ErDF et l'association des Maires de France qui par exemple, le 29 février, ontsimultanément envoyé à toutes les communes de France d'épais documents pour tenter de faire croire aux élus que les délibérations contre les compteurs communicants seraient illégales, ce qui est totalement faux.

Les raisons principales du refus des compteurs communicants sont la mise en danger très probable de la santé des habitants par les ondes électromagnétiques générées par ces compteurs, et la remise en cause certaine des libertés publiques : s'ils sont installés, ces compteurs permettent de capter d'innombrables informations sur la vie privée des habitants.

Qui plus est, les prétendus avantages que ces compteurs doivent apporter ne sont pas au rendez-vous :

aucune économie d'énergie et, au contraire, des factures plus lourdes pour les usagers (cfhttp://refus.linky.gazpar.free.fr/augmentation-factures.htm )

aucune utilité pour les énergies renouvelables (d'ailleurs l'Allemagne a renoncé à la généralisation de ces compteurs alors qu'elle développe les énergies renouvelables bien plus que la France)
- il est possible depuis longtemps de communiquer à ses fournisseurs, par téléphone ou par le web, sa consommation précise d'électricité, de gaz ou d'eau, sans avoir besoin de compteurs communicants.

Il est très important de savoir que les collectivités (et la plupart du temps les communes directement) sont propriétaires des compteurs d'électricité, elles ont donc toute latitude pour refuser leur remplacement. Il est d'ailleurs injustifiable que ErDF et ses sous-traitants aient commencé à installer des compteurs Linky sans demander leur aval aux communes concernées.

Les communes sont parfois propriétaires des compteurs de gaz et d'eau mais, même quand ce n'est pas le cas, elles ont quand même diverses possibilités de s'opposer à leur remplacement par des compteurs communicants.
Notons enfin qu'il est écologiquement irresponsable et injustifiable de se débarrasser de près de 80 millions de compteurs (35 millions pour l'électricité, 30 pour l'eau, 11 pour le gaz) en parfait état de marche. Les opérateurs ont beau assurer que des filières de recyclage vont être mises en place, elles ne devraient exister que pour des appareils arrivés en fin de vie. Or les compteurs actuels sont prévus pour durer 60 ans, contrairement aux Linky, Gazpar et compagnie qu'il faudra remplacer, à nouveau et à grands frais, dans moins de 20 ans.
Les citoyens et leurs élus doivent donc refuser les compteurs communicants pour préserver leur santé, leurs libertés, les finances publiques et l'environnement.

lundi 7 mars 2016

L'implosion du programme EPR illustre l'impasse de la France nucléaire

Qui aura le courage d'annoncer la fin du programme EPR… et la faillite de l'option nucléaire française ?




       
                 L'option nucléaire imposée dans les années 70/80 a engagé la France dans une impasse

En démissionnant de son poste du fait de son désaccord avec le projet de construction de réacteurs EPR en Grande-Bretagne, le Directeur financier d'EDF a mis en lumière devant le grand public une situation que nous dénonçons de longue date : ce n'est pas seulement le programme EPR mais l'option nucléaire dans son ensemble, imposée depuis 50 ans, qui a mis la France dans une situation inextricable.

Après avoir encensé aveuglément Areva et Madame Lauvergeon, les "élites" de l'industrie, de la politique et des médias (éditocratie) ont célébré depuis plusieurs années le projet d'EDF de construire des réacteurs EPR en Grande-Bretagne, présenté comme "un immense succès de la filière nucléaire française". Pourtant, dès 2012, l'Observatoire du nucléaire affirmait que ce projet n'avait en réalité aucune chance d'aboutir (*).

Il est avéré que le programme EPR dans son ensemble, et pas seulement en Grande-Bretagne, est un échec total. L'abandon du projet de construction de 4 EPR en Inde n'a pas été annoncé publiquement mais est consommé.

Par ailleurs, il est de plus en plus probable que les quatre chantiers en cours n'aboutissent pas : les deux EPR chinois et celui de Flamanville (Manche), qui connaissent de grave retards, sont définitivement plombés par le fait qu'Areva a raté la fabrication des cuves.

Quant à l'EPR finlandais, sa cuve est correcte car usinée par le japonais Mitsubishi et non par Areva (!), mais les errements insensés de ce chantier (qui devait être fini en 2009 !), et la baisse importante de la consommation d'électricité, font que les Finlandais ne sont plus intéressés par la mise en service de ce dinosaure et préfèrent se faire rembourser en attaquant Areva en justice internationale.

Après la faillite d'Areva, c'est EDF qui est au bord du gouffre, sabordée par son parc nucléaire. Ce dernier est bien heureusement impossible à renouveler : incapable de construire UN réacteur, EDF ne peut évidemment pas en construire 25 ou 30, sans parler du coût incommensurable d'une telle aventure.

Par ailleurs, EDF n'a même plus les moyens de financer le rafistolage des réacteurs actuels: le programme pompeusement dit "grand carénage", annoncé au départ à un coût de 55 milliards, est désormais évalué à 100 milliards et assurément à bien plus (comme toujours dans le nucléaire).

Il est donc probable que EDF va concentrer ses dernières ressources sur quelques centrales et, dans les 10/15 ans qui viennent, fermer les réacteurs nucléaires par dizaines. Comme aucune alternative n'a été prévue, la France va se retrouver dans une impasse et sera obligée de lancer en catastrophe des programmes de réduction de la consommation (ce qui sera une bonne chose) et d'importer massivement de l'électricité de chez nos voisins… à supposer qu'ils aient des surplus à vendre (au prix fort) aux moments de forte consommation.

Bien entendu, les centaines de milliards d'euros nécessaires pour démanteler les réacteurs nucléaires et s'occuper des déchets radioactifs vont manquer à l'appel et ces graves problèmes seront légués à nos enfants.

Présentée pendant des décennies comme un "prodigieux exploit industriel", la construction en quelques années de 58 réacteurs nucléaires revenait en réalité à programmer pour 30 à 40 ans plus tard, c'est-à-dire à partir de maintenant, une situation catastrophique et inextricable sur le plan économique, en espérant qu'elle ne se double pas d'un Fukushima français, de plus en plus probable avec le vieillissement des réacteurs.

La faillite de l'option nucléaire est désormais avérée et incontestable, le seul problème est de trouver enfin un "responsable" assez courageux pour l'avouer publiquement. Ce ne sera probablement pas le PDG d'EDF, Jean-bernard Lévy, ni les ministres Royal (Environnement) et Macron (Économie), pas plus que MM Valls et Hollande.

Peut-être faut-il demander à MM Giscard d'Estaing et Boiteux (**), respectivement Président de la République et PDG d'EDF lors du lancement du parc nucléaire français, de se charger de ce terrible mais nécessaire aveu ?



Communiqué du lundi 7 mars 2016

(**) Déjà poursuivi par l'Observatoire du nucléaire pour des rejets délibérés de plutonium dans la Loire

dimanche 6 mars 2016

30 communes refusent les compteurs communicants Linky, Gazpar et cie...

Installations contestées dans certaines communes ..
         Compteurs Lynky

Recensées sur le site web http://refus.linky.gazpar.free.fr, qui informe et aide les élus pour se positionner, 30 communes françaises refusent déjà les compteurs communicants Linky, Gazpar et cie..


Les promoteurs de ces compteurs nuisibles tentent de minimiser ce chiffre en le comparant au total de 36 000 communes en France mais, en réalité, il s'agit d'un phénomène très important dans la mesure où ErDF n'a commencé que depuis quelques semaines les installations de compteurs communicants Linky, suscitant la réactions des citoyens et de leurs élus.

Ce chiffre évolue désormais continuellement malgré les pressions antidémocratiques exercées sur les élus par ErDF et l'association des Maires de France qui par exemple, le 29 février, ont simultanément envoyé à toutes les communes de France d'épais documents pour tenter de faire croire aux élus que les délibérations contre les compteurs communicants seraient illégales, ce qui est totalement faux.

Les raisons principales du refus des compteurs communicants sont la mise en danger très probable de la santé des habitants par les ondes électromagnétiques générées par ces compteurs, et la remise en cause certaine des libertés publiques : s'ils sont installés, ces compteurs permettent de capter d'innombrables informations sur la vie privée des habitants.

Qui plus est, les prétendus avantages que ces compteurs doivent apporter ne sont pas au rendez-vous :

aucune économie d'énergie et, au contraire, des factures plus lourdes pour les usagers (cfhttp://refus.linky.gazpar.free.fr/augmentation-factures.htm )

aucune utilité pour les énergies renouvelables (d'ailleurs l'Allemagne a renoncé à la généralisation de ces compteurs alors qu'elle développe les énergies renouvelables bien plus que la France)
- il est possible depuis longtemps de communiquer à ses fournisseurs, par téléphone ou par le web, sa consommation précise d'électricité, de gaz ou d'eau, sans avoir besoin de compteurs communicants.

Il est très important de savoir que les collectivités (et la plupart du temps les communes directement) sont propriétaires des compteurs d'électricité, elles ont donc toute latitude pour refuser leur remplacement. Il est d'ailleurs injustifiable que ErDF et ses sous-traitants aient commencé à installer des compteurs Linky sans demander leur aval aux communes concernées.

Les communes sont parfois propriétaires des compteurs de gaz et d'eau mais, même quand ce n'est pas le cas, elles ont quand même diverses possibilités de s'opposer à leur remplacement par des compteurs communicants.
Notons enfin qu'il est écologiquement irresponsable et injustifiable de se débarrasser de près de 80 millions de compteurs (35 millions pour l'électricité, 30 pour l'eau, 11 pour le gaz) en parfait état de marche. Les opérateurs ont beau assurer que des filières de recyclage vont être mises en place, elles ne devraient exister que pour des appareils arrivés en fin de vie. Or les compteurs actuels sont prévus pour durer 60 ans, contrairement aux Linky, Gazpar et compagnie qu'il faudra remplacer, à nouveau et à grands frais, dans moins de 20 ans.
Les citoyens et leurs élus doivent donc refuser les compteurs communicants pour préserver leur santé, leurs libertés, les finances publiques et l'environnement.

Communiqué de Stephane Lhomme - Dimanche 6 mars 2016